Chef de culture (grande culture)

Chef de culture (grande culture)

Le chef de culture organise les opérations liées à la conduite des grandes cultures (céréales, maïs) en vue d'obtenir des résultats techniques optimums.

Le chef de culture travaille au sein d'une exploitation agricole orientée vers les grandes cultures (céréales, maïs). Autonome, il est placé sous l'autorité directe du responsable d'exploitation avec lequel il est en contact permanent. Occupé essentiellement par des activités en extérieur, il consacre néanmoins une grande partie de son temps à des tâches de bureau (plannings, saisie de données). Son rythme de travail varie au cours de l'année selon les exigences saisonnières.

VOIR LES FORMATIONS VOIR LES DÉBOUCHÉS

NOMBRE D'ÉTABLISSEMENTS 392 voir les details

FORMATIONS 3

Quelles sont les missions ?

Le chef de culture organise principalement les travaux de culture et de récolte :
• Il établit le plan cultural et gère les changements d'utilisation des parcelles.
• Il surveille l'état des cultures afin de programmer les travaux à réaliser.
• Il veille au respect des cahiers des charges signés par le chef d'exploitation (utilisation des produits de traitement désignés et des quantités indiquées par exemple).
• Il gère le système d'irrigation.
• Il donne les consignes et fixe des objectifs aux ouvriers et aux conducteurs d'engins agricoles.
• Il fait face aux aléas tels que le mauvais temps ou les pannes de matériels.
• Il procède à des essais pour améliorer le développement des cultures (semis précoces ou traitements plus tardifs par exemple).
• En période de récolte, il assure la logistique (mise à disposition de moissonneuse-batteuse et de tracteurs en nombre suffisant, chargement des camions en relation avec les coopératives)

Le chef de culture peut être amené à prendre partiellement en charge la gestion de l'exploitation :
• Il encadre le personnel : gestion des heures travaillées et des congés, propositions d'embauche
• Il enregistre les données de suivi des cultures : résultats d'analyses de sol, types d'engrais et apports réalisés, quantités d'eau absorbées par le sol, rendements
• Il gère les stocks de fournitures : engrais, carburant
• Il veille à l'entretien du matériel, commande les pièces de rechange, propose l'acquisition de nouveaux outils ou engins agricoles au chef d'exploitation, sur la base de devis qu'il fait préalablement établir.
• Il s'assure de l'application des règles de sécurité par le personnel qu'il encadre et de la conformité réglementaire du matériel utilisé.
• Il propose éventuellement la mise en place de nouvelles cultures au responsable d'exploitation.

Les formations pour devenir Chef de culture (grande culture)

Les formations existent en formation scolaire ou en apprentissage suivant les etablissements.

Voir toutes les formations possibles
{{#element}}
  • {{type_label}}
    {{sub_titre}}

    {{eta_titre}}

  • {{/element}}
    {{#element}}

    {{titre}}

    {{eta_sub_titre}}
    {{eta_titre_admin}}
    {{adresse}}
    {{code_postal}} {{ville}}
    {{#horaires}}
    {{{horaires}}}
    {{/horaires}} {{#site_url}} {{/site_url}}

    {{zone_label}}

    {{#caracteristics}}

    {{ name }}

    {{/caracteristics}}
      {{#type_list}}
    • {{name}}
    • {{/type_list}}
    {{#languages_list}}

    Langues

    {{languages_list}}

    {{/languages_list}}

    {{section_européenne}}

    {{#activites_list}}

    Activités

    {{activities_list}}

    {{/activites_list}}
    {{/element}}

    Compétences et qualités

    Le chef de culture dispose d'une connaissance parfaite des techniques culturales et suit leurs évolutions. Il sait utiliser le matériel, conduire et régler les engins agricoles. Il s'adapte aux progrès technologiques et maîtrise l'outil informatique. Polyvalent et organisé, il est aussi doté d'une forte capacité de réactivité pour gérer l'imprévu.

    Les perspectives d'évolution

    Le chef de culture, si ses connaissances sont suffisamment larges, peut changer d'exploitation en s'adaptant à d'autres cultures.Avec des aptitudes au conseil et à la communication, il peut accéder aux postes de technicien de culture au sein d'une organisation professionnelle, de formateur ou de commercial.Après l'acquisition de compétences en économie et en gestion, il pourra choisir de s'installer en tant que chef d'exploitation, seul ou en s'associant.

    Nous repartons systématiquement à zéro avec un nouveau défi qui consiste à améliorer nos techniques…

    Didier VEDIS, chef de culture, Sore (40)

    Quel regard portez-vous sur votre niveau de responsabilité ?


    Je gère une exploitation pour le compte de deux associés qui résident en dehors de la région. Cela signifie que je suis chargé de mettre en œuvre les moyens de production de la même façon que si j'étais moi-même chef d'exploitation. Mon niveau de responsabilité est par conséquent important. Le niveau de la récolte dépend essentiellement de mon travail. Aussi, que celle-ci soit bonne ou mauvaise, je dois toujours être en mesure d'expliquer les résultats, de repérer les éventuelles erreurs culturales ou les points de satisfaction.


    Quel est, selon vous, l'aspect le plus motivant de votre métier ?


    C'est assurément la remise en question que l'on opère chaque année. Nous repartons systématiquement à zéro avec un nouveau défi qui consiste à améliorer nos techniques, à rechercher le meilleur rendement possible. C'est une véritable quête quotidienne.



    Grandes cultures

    VEGETAUX

    Faire pousser des plantes, travailler la terre, vivre au grand air… Tous les métiers liés aux grandes cultures, à l’horticulture et la vigne.

    Source : ANEFA Association Nationale pour l'Emploi et la Formation en Agriculture loganefa.gif 9 rue de la Rochefoucauld - 75009 Paris 01 46 07 37 25 www.anefa.org

    Ces métiers peuvent aussi t’intéresser

    Xavier DUCASSE, second d'exploitation en élevage bovin-viticulture, Prigonrieux (24).

    Ma façon de conduire les affaires consiste à me réserver les tâches les plus délicates (vêlage difficile…), ainsi que tous les aspects décisionnels ou commerciaux...

    Lire cet article Xavier DUCASSE, second d'exploitation en élevage bovin-viticulture, Prigonrieux (24).

    Jean-Claude BERTHAUD, responsable de Centre au niveau d'un silo, Villars les Dombes (01).

    Cette fonction correspond à un vrai métier de responsable de site industriel…

    Lire cet article Jean-Claude BERTHAUD, responsable de Centre au niveau d'un silo, Villars les Dombes (01).

    Olivier MICHAUD - Adjoint d’exploitation dans le Jura

    C’est à moi de choisir les bonnes solutions techniques et de négocier les prix avec les fournisseurs.

    Lire cet article Olivier MICHAUD - Adjoint d’exploitation dans le Jura

    Ces univers peuvent aussi t’intéresser

    Etablissement

    3 ans au lycée agricole :

    L'enseignement s'appuie sur métier et intègre des périodes de formation en entreprise. Ce diplôme peut aussi se préparer en apprentissage.

    SECONDE PROFESSIONELLE
    SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE
    CAPA

    PREMIÈRE
    PROFESSIONNELLE
    AGROÉQUIPEMENT

    TERMINAL
    PROFESSIONNELLE
    AGROÉQUIPEMENT

    BAC PRO
    AGROÉQUIPEMENT

    Etablissement

    3 ans au lycée agricole :

    L'enseignement s'appuie sur métier et intègre des périodes de formation en entreprise. Ce diplôme peut aussi se préparer en apprentissage.

    SECONDE PROFESSIONELLE
    SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE
    CAPA

    PREMIÈRE
    PROFESSIONNELLE
    AGROÉQUIPEMENT

    TERMINAL
    PROFESSIONNELLE
    AGROÉQUIPEMENT

    BAC PRO
    AGROÉQUIPEMENT